« Maudzites » piscines

Il y a des endroits qui parfois vous semblent interdits, « maudits » (ou « maudzits », comme prononcent délicieusement les Québécois). Vous avez beau vous y rendre, vous repartez bredouille, de façon quasi clinique. piscine les Amiraux 6 rue Hermann LachapelleC’est très précisément ce qui m’arrive avec deux piscines, l’une à Paris, l’autre à Roubaix. Il y a ainsi la piscine des Amiraux, à laquelle j’ai consacré un article récent, tout d’abord. Elle est « lovée » au cœur d’un étonnant immeuble en gradins des années 1920 signé Henri Sauvage. Le lieu est magnifique, avec ses carreaux blancs et ses cabines/vestiaires sur deux étages. Un chef-d’œuvre de l’hygiénisme, un mouvement où architectes et scientifiques souhaitaient rendre notamment les villes plus saines.

Cpiscine les Amiraux 6 rue Hermann Lachapellea donne envie d’aller barboter, n’est-il pas ? Mais voilà, impossible d’y aller nager (pour moi, en tout cas, j’imagine que d’autres ont déjà réussi, ceux qui n’abandonnent jamais, les têtus, les opiniâtres). Un jour d’été, sac sur le dos, alors qu’il faisait une chaleur à risquer une combustion spontanée, je me suis rendu sur place. Quand j’ai vu qu’environ 152 327 personnes avaient eu la même idée que moi, et que tout ce petit monde s’ébrouait dans un bassin d’une dizaine de mètres de large, jpiscine les Amiraux 6 rue Hermann Lachapelle‘ai préféré renoncer. Je me suis dit qu’autant de gens rassemblés dans un si petit endroit pouvait engendrer des envies de meurtre, entre les enfants plongeant sur votre tête à fréquences régulières et les super nageurs qui se la racontent en faisant du crawl ou de la brasse sans regarder devant eux. Oui, vous savez, ceux qui nagent tête sous l’eau et qui ne reviennent en surface respirer qu’une fois toutes les 15 minutes, histoire de bien vous montrer à quel point, vous, vous êtes un gros nul en brasse.

Je me suis promis d’y revenir. Las, à chaque fois, quelque chose m’en a empêché. Les horaires d’abord : à Paris, si vous voulez nager librement (sans club, ou sans retourner à l’école) il faut composer avec des horaires pas piqués des hannetons (genre 7-8h30 ou 11h30-13h30 : en résumé, piscine les Amiraux 6 rue Hermann Lachapellec’est réservé aux insomniaques ou à ceux qui ne déjeunent pas). J’ai aussi eu droit à des fermetures exceptionnelles, pour cause de panne technique. Il faut dire que les installations ne sont pas récentes. « Mieux vaut vous y habituer à ne pas venir » m’a très sarcastiquement dit, l’autre jour, un employé de la piscine (comme si j’étais puni de m’acharner à vouloir venir nager dans cet endroit unique, réservé à l’élite des nageurs de brasse), « elle sera en travaux pour deux ans au moins l’année prochaine ». Malédiction, vous dis-je !

Ce qui est « marrant », c’est qu’une autre piscine des années 20 semble frappée, à mon niveau, du même mal : celle qui est devenue le « Musée d’art et industrie » de Roubaix. Un joyau de l’art déco signé Albert Baert, qui voulait en faire « la plus belle piscine de France ». Fermée en 1985, elle a changé de nature pour accueillir des expositions. 1024px-La_Piscine_RoubaixComme j’ai visiblement un souci avec les piscines nonagénaires, là encore, je n’ai jamais réussi à mettre un pied là-bas : ma première tentative s’est soldée par un échec retentissant, perdu que j’étais dans Roubaix (à ma décharge : j’ai suivi un premier panneau indicateur, suivi par aucun autre, chose qui m’arrive fréquemment, et qui me rend dingue). La seconde fois, vaillamment armé d’un GPS, je me suis dit que cette fois, rien ne pouvait m’arriver. C’était sans compter sur un méga bouchon entre Tourcoing et Roubaix, bien entendu placé là par un Dieu vengeur (ou un autre truc malsain) destiné à m’empêcher d’accéder à ce lieu unique. Mon GPS a été incapable de m’indiquer un autre chemin, obsédé qu’il était à l’idée de me faire « tourner à droite » pour revenir m’engluer dans le trafic. Bref, pour la faire courte, j’ai laissé tomber.

Je suis maudit des jolies piscines, en résumé.

———————–

Les photos de la piscine des Amiraux sont sous copyright Déborah Lesage/Mairie de Paris. Celle de la Piscine de Roubaix est sous Creative Commons (voir ici).

Publicités

7 réflexions au sujet de « « Maudzites » piscines »

  1. En voilà un fripipapier avec du punch, de l’humour et du style. Continue à te lâcher comme ça et je te promets de demander à mes vieux potes de Belleville de t’organiser une visite nocturne dans cette piscine que tu n’aurais alors rien que pour toi.

  2. Ping : Piscine (un peu moins) maudite | Encore un fripi !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s