Quartier lointain

Je viens de finir le manga Quartier lointain, de Jirō Taniguchi (et vu dans la foulée le film adapté, portant le même nom). C’est l’histoire d’un homme, qui se retrouve suite à évanouissement, dans la peau de l’adolescent qu’il fut dans le Japon des années 60. Ca m’a rappelé la série de photos que j’ai prise récemment dans mon quartier jules-joffrinesque, sur les boutiques abandonnées ou sur les lieux qui gardent les traces d’un passé plus ou moins lointain. Je les avais faites pour un projet d’article, que je ne ferai jamais je crois (ou pas de suite). Alors autant poster les clichés ici pour l’instant.

P1050817Ce salon de coiffure, rue Joseph Dijon, était encore ouvert il y a quelques mois. Y venaient les vieilles dames du coin. La boutique, pour le peu que j’en ai vu, était jaunie, remplie de vieux outils de coiffeurs, de sièges en moleskine rouge. Je pense que, gardé dans son jus, le lieu eût fait un beau café tendance, comme on en voit plein partout à Paris désormais. Comme par exemple, le « Petit Joseph Dijon », à quelques encablures. Un endroit branché installé dans une ancienne brasserie assez douteuse.

P1050818Cette boutique-là, ci-dessus, n’est pas fermée, elle. A deux pas de l’ex-salon de coiffure, on peut encore y acheter des téléviseurs, entre autre. C’est tout petit, on se demande comment ça peut encore exister à l’heure des Darty et autres sites Internet. J’adore la typo du « Radio-Lyrel », qui semble tout droit sortie des années 50. J’adore ce bleu aussi, pimpant.

P1050825Encore un ancien salon de coiffure. L’enseigne est restée, mais on n’y entretient plus sa chevelure, on s’occupe plutôt de ses cordes vocales, désormais. La typo est également génialement vieillotte (et donc furieusement tendance).

P1050820Allez, on continue avec un autre lieu fantôme, toujours rue Joseph Dijon. Cette boucherie est fermée depuis des années. Crise des vocations, crise de la boucherie ? En tout cas, elle n’a pas retrouvé vie. Là aussi, elle finira bien par se retrouver entre les mains d’anciens journalistes, désireux de lancer leur propre café. Ou alors elle deviendra une agence immobilière. Voire un magasin de cigarettes électroniques.

P1050822On revient sur nos pas, rue Letort. Voilà une enseigne de toute beauté, avec ses lettres en relief, et ses beaux carreaux rouges. Goulet-Turpin était une épicerie. Si la façade est inchangée, le lieu accueille aujourd’hui le Mila, un pôle de soutien aux entreprises du domaine musical.

P1050828Et cette boutique là, n’est-elle pas merveilleuse ? « Rapid’service, tout pour l’électricité ». Située rue Damrémont, elle est toujours ouverte. On peut y acheter des ampoules. Je pense que rien n’y a été changé depuis les années 60 ou 70. Je l’adore, et j’espère qu’elle sera encore là longtemps.

P1050833Cet ex-café fait l’angle de la rue Feutrier et de la plutôt branchée rue André-Del-Sarte. Bizarre que dans ce coin assez fréquenté des noctambules, il n’y ait pas eu de repreneur. Trop de concurrence, peut-être ?

P1050836Cette devanture là est superbe, quand même, non ? Avec la verrière au-dessus et cette belle typo ancienne, du temps où le lieu était un magasin de « photo couleurs » dans la rue Ramey (qui devient elle aussi assez branchée). C’est évidemment devenu une agence immobilière. Elle a pris la place d’un magasin de jouets « vintage », Ouistiti pop (j’aimais bien ce nom).

P1050838Alors-là, attention, curiosité. Rue du baigneur, on trouve cette extraordinaire devanture, toute en mosaïque. Il n’y a plus de poissons ici, mais des œuvres artistiques. Le rideau de fer est toujours fermé, quand je passe devant. Un lieu doublement fantôme, donc.

P1050842Rue de Clignancourt, le bar « Le Ruthénois » affiche sa désolation de façon criante (« Désolation !!!! »). Plus personne ne boit ici, ne fume ne rigole ou ne s’engueule. Le Ruthénois est coi.

P1050840 Et dans cet hôtel, plus personne ne dort (ou alors, c’est qu’il y a un truc qui déconne). A part les parpaings de ciment qui condamnent les fenêtres. Cela fera sans doute à terme de beaux appartements pour la nouvelle « gentry », qui embourgeoise ce coin du 18ème et veut en faire un endroit calme et prospère. Mais le 18ème ne peut pas être calme et prospère.

P1050849Cette photo du café « Le Sarment », rue Marcadet, a été prise avant sa rénovation. Le café y était atroce (aussi mauvais que dans les restaurants asiatiques, il faudra un jour que je me penche sur le pourquoi du comment de cette situation), mais la terrasse parfaite pour bouquiner au soleil. Aujourd’hui, finis les vestiges des années 60 et 70, le lieu a été refait entièrement pour devenir un café à la mode. Il n’a conservé que son nom. J’y ai bu un coup l’autre jour, à côté d’un vieux monsieur, s’escrimant sur un ordinateur portable, et qui était le sosie de Stéphane Hessel.

P1100258Non, il n’y a plus rien de chic, ni de sport, dans cette boutique, à deux pas de chez moi, rue Duhesme. A côté, on peut apercevoir un ancien vidéo club, du temps où les gens louaient encore des DVD et des cassettes. C’était il y a une éternité.

P1100256Finissons avec un morceau de bravoure : l’ancienne gare Ornano, sise à la Porte de Clignancourt. Elle fut une gare quand des trains circulaient encore sur les rails de la Petite ceinture. Le lieu est en charpie, et je suis sûr que 99% des gens qui passent devant ignorent ce qu’elle fut. Mais le lieu sera rénové par l’équipe de La Recyclerie, pour devenir un restaurant, bar, vide-grenier, etc. (idem pour la gare de Saint-Ouen, qui n’est pas à Saint-Ouen). Pour l’instant, ce sont les très « hype » food-trucks (des sortes de baraques à frites version parisiano-branchée) qui officient, sur la plate-forme à l’arrière, le long de la rue Belliard. Le lieu est fermé depuis 1934.

P1100254P1100255Voilà, la balade est terminée pour aujourd’hui. J’aurais pu ajouter encore pas mal de photos, évoquer plein d’autres endroits, de devantures à l’abandon, ou conservées telles quelles. Ce sera pour une autre fois, pour peu que ce blog n’ait pas lui-même rejoint un quartier lointain de la Toile.

Publicités

3 réflexions au sujet de « Quartier lointain »

  1. Encore ! Encore de ces endroits qu’on oubliera quand les boutiques de clopes électroniques ou autres seront installées à leur place et qu’on oubliera à leur tour… etc.
    Merci pour ça.

  2. Ping : Tout pour l’électricité | Encore un fripi !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s