L’homme à la baignoire d’argent

20150316_155429Un incroyable vaisseau architectural est posé depuis 1856, rue de Clignancourt. Impossible de le louper quand on passe dans le coin, surtout si on arrive du quartier Saint-Pierre depuis l’étroite rue André-del-Sarte, où il émerge au loin. Ce bâtiment, avec son fronton sculpté imposant, a survécu aux politiques urbaines sans pitié des années 60 et 70 (qui ont vu notamment le merveilleux Gaumont-Palace, un temps le plus grand cinéma du monde, céder la place à une mocheté innommable). Il fut, à cheval sur les XIXe et XXe siècles, les Grands Magasins Dufayel. L’endroit avait ouvert côté boulevard Barbès au milieu du XIXe siècle, sous le nom de Palais de la Nouveauté. Son fondateur, Jacques-François Crespin, fut un des promoteurs à l’époque de l’achat à crédit. On y vendait des meubles et des articles de toutes sortes pour la maison.

« Je ne travaille qu’avec les pauvres »

A sa mort en 1888 (une date bien ronde, pour le coup), le magasin est repris par Dufayelun de ses employés, embauché comme commis à l’âge de 16 ans, Georges Dufayel (il est question d’un procès avec la veuve de Crespin, mais je n’en sais pas davantage). Son épopée a de quoi nourrir un roman. Le lieu devient alors « Les Grands Magasins Dufayel ». Rivaux des Printemps et autres Samaritaine ou Galeries Lafayette, mais situés dans un quartier très populaire, ils ouvrent les « joies » de la consommation à crédit à des classes laborieuses et moins aisées. « Moi messieurs, je ne travaille qu’avec les pauvres. Vous ne pouvez pas imaginer ce qu’il y a d’argent chez ces bougres-là » aurait d’ailleurs dit Georges Dufayel. Ses receveurs passaient directement chez les clients, pour encaisser les mensualités et n’hésitaient pas à enquêter sur la solvabilité des clients, si besoin était. Dufayel voit grand pour son établissement : il fait construire des extensions sur le quadrilatère Barbès-Clignancourt-Sofia-Christiani, et commande la façade avec ornements et statues de la rue de Clignancourt à Jules Dalou et Alexandre Falguière (dont une station de métro porte le nom). Elle est alors surmontée d’un dôme culminant à 55 mètres, avec phare qui éclaire dufayel-controleurParis – comme la Tour Eiffel aujourd’hui – les soirs de spectacle. Oui, des spectacles. Car Dufayel vend des objets, mais en enrobant le tout de luxe et de fantasme : il ajoute aux bâtiments un jardin d’hiver où l’on peut admirer des plantes exotiques, un théâtre, un hall de concert où viennent se produire des artistes de l’Opéra. Se tiennent là des expositions, des conférences. On y projette aussi des films du cinéma naissant. La totale, en résumé, pour attirer les chalands.

Concession de lampadaires-boîtes postales

Staircase_in_DufayelGeorges Dufayel, d’origine modeste, construit sa fortune avec cet endroit hors-normes connu pour son incroyable escalier. Il possède plusieurs affaires, ouvre des succursales par centaines, gère une banque et une agence de publicité, et détient même jusqu’en 1913 une curieuse concession de colonnes, faisant à la fois office de colonnes de bronze à publicité lumineuses et de boîtes postales. L’homme crée même une station balnéaire normande à Sainte-Adresse, le « Nice havrais » où il reçoit le surnom assez fabuleux de « L’homme à la baignoire d’argent ». Les magasins Dufayel employèrent jusqu’à 15 000 personnes en 1912, si j’en crois certains chiffres. Les conditions de travail y étaient difficiles, et donnèrent même lieu à une journée de grève en 1905.

Le patron des lieux mourut en décembre 1916 (j’ai lu ici et là qu’il s’agissait d’un suicide, Salle des fêtesaprès des placements hasardeux). Il n’avait pas d’héritier, et les magasins à son nom fermèrent en 1930. Fin de cette aventure. Après la seconde guerre mondiale, la BNP y installa ses effectifs centraux (6000 personnes) dans l’endroit, sans toucher au bâti (seul le dôme fut rasé à la fin des années 50). La banque – encore partiellement présente rue de Sofia – transforma ensuite cet ex-temple consumériste en logements, dans les années 2000. J’ignore ce qu’il reste de l’intérieur, des coursives, du grand escalier…

20150316_154941Plusieurs grands magasins à Paris, comme Le Printemps, les Galeries Lafayette, ou Le Bon Marché, ont résisté à toutes les modes et soubresauts historiques (sauf La Samaritaine, engluée aujourd’hui dans une rénovation qui n’en finit plus). Des établissements Dufayel, qui furent considérés à l’époque comme les plus grands au monde dans leur genre, seule demeure cette façade grandiloquente, témoin de cette époque des débuts effervescents de la consommation de masse, décrits par Zola dans Au bonheur des dames. Si l’on en croit la borne d’information installée par la mairie, le fronton affiche un groupe de sculptures intitulé « Le Progrès entraînant dans sa course le commerce et l’industrie ». La course des Grands Magasins Dufayel se sera, elle, arrêtée avec les vrombissantes années 20.
______________________________

PS : les deux photos anciennes du bâtiment sont des photos trouvées sur Wikipédia et mentionnées comme étant dans le domaine public. L’image des agents Dufayel a été trouvée sur ce site, où il est question des écuries Dufayel (les chevaux étaient utilisés pour les livraisons, les déplacements des agents, l’affichage, etc). La photo de l’intérieur des magasins a été trouvée sur ce forum.

Publicités

4 réflexions au sujet de « L’homme à la baignoire d’argent »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s