Sous le grand panneau

panneau sncf retouchePour moi, il incarnait la Gare du Nord de Paris à lui seul. Le grand panneau central d’information sur les trains sera bientôt démonté et envoyé au rebut. Jugé trop vieux, trop lourd, trop dépassé, sans doute, par des ingénieurs de la SNCF. Nous ne nous regrouperons ainsi plus sous ce géant électromécanique sombre, sacs sur le dos, valises aux pieds ou mains dans les poches, le regard vissé sur ces lettres et chiffres jaunes,  dans l’attente de notre départ ou de l’arrivée d’un proche.

Ce cœur névralgique cessera donc de battre. Il ne rythmera plus la gare avec l’affichage toujours renouvellé des voies et des horaires. Il en sera bientôt fini de ce cliquetis formidable, de ce magnifique ballet de plaquettes tournant sur elles-mêmes à chaque actualisation des informations, de ce spectacle hypnotisant des lignes se déplaçant vers le bas, au fil du temps qui passe. Nous ne le chercherons plus dès notre entrée dans la gare, nous n’embrasserons plus d’un seul regard tous ces mouvements ferroviaires. Nous ne lèverons plus la tête (un peu comme au cinéma) sur toutes ces villes  familières ou inconnues, intermédiaires ou terminales sur le trajet des trains.

En ce mois de mai 2015, le panneau vit donc sans doute ses derniers instants. Si la partie « arrivées » est encore en fonctionnement, le côté « départs » a déjà été recouvert d’un linceul rose. On y lit de la part de panneau sncf masquéla SNCF que « pour faciliter les déplacements en gare, nous testons de nouveaux écrans d’information répartis dans l’espace ». Ce géant de chiffres et de lettres, par les attroupements qu’il générait, gênait sans doute un peu trop l’écoulement des flux de voyageurs. Il faut désormais fluidifier et faire de la place, si possible à des idioties comme ces machines à pédaler pour recharger son mobile, ou à ces cafétérias hors de prix.

Ces nouveaux écrans « répartis dans l’espace » prêts à prendre froidement la relève sont numériques, lisses et sans aucun intérêt. Paradoxe de l’affaire, ils s’avèrent peu lisibles et bien moins efficaces pour les voyageurs que leur prédécesseur. Preuve en est : le côté encore en fonctionnement du grand panneau attire toujours la foule. Pas très loin de ce dernier, des bruits de travaux se font entendre. Les marteaux-piqueurs bourdonnent dans la Gare du Nord. Une galerie marchande est en gestation. Comme dans d’autres gares (Saint-Lazare en est l’exemple presque grotesque), le commerce réclame sa place dans l’espace public. Si possible, ensoleillée. Le lifting de la gare durera jusqu’en 2018. Dans le futur tableau – que j’imagine joli comme une plaquette de projet immobilier – le grand panneau central noir des départs et des arrivées était condamné d’avance. Le démontage à venir de ce fascinant objet n’émouvra sans doute qu’une minorité de grincheux à tendance nostalgique dans mon genre, auxquels il restera des souvenirs, quelques photos et des vidéos sur Internet.

Publicités

4 réflexions au sujet de « Sous le grand panneau »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s